Selon un nouveau rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), pas moins de 17 millions d’Africains ont quitté le continent en 2017 à la recherche de pâturages plus verts,

Le rapport « Développement économique en Afrique » indique également que 5,5 millions de personnes ont migré vers l’Afrique depuis les autres continents tandis que quelque 19 millions de migrants internationaux se sont déplacés en Afrique.

« Dans l’ensemble, quelque 19 millions de migrants internationaux se sont déplacés en Afrique, et 17 millions d’Africains ont quitté le continent l’année dernière. Le continent était également la destination d’environ 5,5 millions de personnes venues de l’extérieur « , indique le rapport.

Il a déclaré que la migration à grande échelle de personnes en Afrique avait tendance à stimuler la croissance et à lever toute l’économie du continent, exhortant le monde à dissiper les idées fausses et les «narrations nuisibles» ciblant la migration. Le rapport a également déclaré que les mouvements transfrontaliers offraient « une chance d’améliorer la vie, avec des avantages sociaux et économiques qui s’étendent aux pays d’origine et de destination, ainsi qu’aux générations futures ».

Mukhisa Kituyi, Secrétaire général de (CNUCED), a déclaré lors du lancement du rapport: « Notre analyse montre que cela est vrai pour des millions de migrants africains et leurs familles ». Kituyi a ajouté que la perception du public, « en particulier en ce qui concerne la migration internationale africaine, est en proie à des idées fausses qui sont devenues une partie d’un récit qui divise, trompeuse et nuisible. »

Le rapport indique que les envois de fonds des travailleurs migrants à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afrique ont augmenté en moyenne de 38,4 milliards de dollars entre 2005 et 2007, à 64,9 milliards de dollars pendant la période de deux ans jusqu’à la fin de 2016.

Selon le rapport, par conséquent, les envois de fonds représentaient plus de la moitié des flux de capitaux sur le continent. De même, les migrants ont contribué pour près de 20 pour cent du produit intérieur brut (PIB) en Côte d’Ivoire selon les chiffres de 2008, et 13 pour cent au Rwanda (chiffres de 2012).

Junior Davis, l’auteur principal du rapport, a déclaré qu’il a fourni des preuves de la «corrélation intime» entre la migration et le commerce des deux côtés de la même pièce.

« L’Afrique est sur le point de connaître d’énormes changements », a-t-il déclaré, notant la Zone de libre-échange continentale africaine récemment conclue et le Protocole sur la libre circulation des personnes. Dans ce contexte, le rapport contribue à une meilleure compréhension des implications de la migration intra-africaine pour la transformation socio-économique du continent « , a ajouté Davis.

Cependant, à côté du nombre de migrants qui se déplacent et travaillent en Afrique, le continent compte également le plus grand nombre de personnes forcées de quitter leur foyer en raison de conflits ou de catastrophes naturelles.

En plus des gains de développement perdus chez eux, les pays d’accueil sont confrontés à un fardeau économique et social important, laissant de nombreux migrants dépendants de l’aide humanitaire internationale, indique le rapport.