Les Nations Unies affirment que plus de 12 migrants africains ont été abattus par des trafiquants d’êtres humains alors qu’ils tentaient d’échapper à un camp en Libye, où certains ont été « torturés » et « abusés et exploités ».

« Des trafiquants d’êtres humains en Libye auraient tué plus d’une douzaine de personnes et blessé de nombreux autres après qu’un groupe de quelque 200 Érythréens, Éthiopiens et Somaliens aurait été captif et aurait tenté de s’échapper », a déclaré le HCR dans un communiqué.

L’incident s’est produit à Bani Walid, à environ 180 km au sud-est de la capitale Tripoli, qui est un point de transit pour les migrants qui tentent d’atteindre l’Europe. On pense que les trafiquants et les ravisseurs dirigent 20 centres de détention dans la ville.

« Ce dernier incident meurtrier démontre, une fois de plus, l’énorme défi que représente la protection des réfugiés en Libye, où de nombreuses personnes fuyant la guerre et la persécution sont la proie de réseaux criminels », a déclaré le HCR.

Publicités