S. Eugène et K. Cheikh se sont présentés le lundi 23 avril 2018 pour témoigner sur des cas présumés de viols homosexuels dont ils auraient été victimes. Eugène, âgé actuellement de 22 ans, aurait été violé pendant les vacances de l’année 2017 par un migrant blanc propriétaire d’une imprimerie.

Cheikh, avec ses 18 ans aurait lui, par contre, été violé en 2016 alors qu’il était mineur (16 ans). Si Eugène s’était déjà confié sur une radio burkinabé, c’est la première fois que Cheikh sort de son silence. Mais les deux jeunes élèves pointent un doigt accusateur sur le migrant blanc. Dans l’élément audio ci-dessus, ils s’expriment.

Selon le témoignage d’Eugène, cinq personnes seraient incarcérées à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) parce qu’elles auraient « des preuves » de l’implication d’un gendarme dans l’affaire. Celui-ci, selon les présumés victimes, les a menacés à maintes reprises pour éviter que les plaintes ne prospèrent.

Pour l’heure, le migrant blanc incriminé serait hors du pays. Les présumés victimes se sont déjà attachées les services d’un avocat dans le mois de février 2018.

Regardez Dans l’élément audio ci-dessus, ils s’expriment.

Publicités