Un journaliste nigérian, Ahmad Salkida, lié au groupe islamiste Boko Haram, affirme que seulement 15 des 112 Chibok disparues sont toujours en vie.

Ahmad Salkida a dit qu’il avait négocié la libération des filles au nom du gouvernement. Plusieurs occasions de les faire libérer ont été manquées, a déclaré Salikda.

Salkida a déclaré que l’administration de l’ancien président Goodluck Jonathan lui avait demandé de négocier la libération des écolières de Chibok deux semaines après leur enlèvement. Il a déclaré avoir organisé un échange de prisonniers à cinq reprises, mais les retards du gouvernement de l’époque ont conduit à une rupture des négociations.

Regardez les Twette ci-dessous.

Publicités