Deux propriétaires d’esclave en Mauritanie ont été empoisonnées dans un pays ou l’esclavage reste répandu , mais des convictions (condamnations) rares.

On dit les phrases (sentences) de 10 et 20 ans pour être le plus dure jamais pour le crime dans le pays de l’Afrique occidentale.

L’esclavage a été proscrit en 1981 mais 1% de la population vit toujours dans l’esclavage ,les groupes de droits de l’homme disent. Les gens (le peuple) noirs de certains groupes ethniques sont souvent asservis comme des domestiques par des Mauritaniens plus-légers-pelés. Le pays a empoisonné des activités plus anti-esclavagistes que des propriétaires d’esclave, les groupes de droits disent.

La cour (Le tribunal) dans la ville du Nord-Ouest de Nouadhibou a donné une peine de prison de 20 ans a Hamoudi Ould Saleck. Son père -qui est mort avant le procès (l’essai)fini-a reçu le même phrase (sentence)a titre posthume.

Publicités